Pour en finir avec l’attitude « Qu’est-ce que je dois savoir pour l’examen? »

0
232

Dans cet épisode des Rendez-vous pédagogiques de l’École branchée, on discute de façons d’améliorer l’enseignement et l’apprentissage et de penser différemment avec Ewan McIntosh, consultant international en éducation dont les passages parmi nous ne laissent jamais indifférents!

Les « Rendez-vous pédagogiques de l’École branchée » sont des entretiens en baladodiffusion avec des acteurs du milieu scolaire d’ici et d’ailleurs. Dans cet épisode, notre collaborateur (et idéateur du concept), Marc-André Girard, s’entretient avec Ewan McIntosh (@ewanmcintosh), de NoTosh. Ce dernier dirige une équipe d’enseignants créatifs dans une entreprise conseil dont l’objectif n’est rien de moins que d’aider les écoles à augmenter la qualité de l’enseignement et l’apprentissage.

Selon lui, la clé est de commencer par l’enseignant. Les experts qui arrivent dans les écoles pour dire « il faut faire ceci », ça ne marche pas. Il soutient au contraire qu’il faut partir des forces et faiblesses des enseignants et les amener à les identifier eux-mêmes. Ainsi, on se trouve à constituer une communauté d’experts à l’intérieur de l’école à laquelle chacun peut se référer avec qui collaborer.

« L’éducation, c’est plus que préparer pour l’avenir, c’est aussi profiter du moment présent. » Il estime particulièrement important d’amener les enseignants à accepter l’ambiguité du monde et cesser d’en avoir peur. À penser différemment. C’est dur, mais ça fait plaisir aux gens qui réussissent.

La conférence qu’il a prononcée en ouverture du colloque de l’AQUOPS avait comme thème la provocation en éducation. Qu’est-ce que ça signifie?

Provoquer la direction : « Les gens intelligents sautent aux conclusions. Ils identifient rapidement un problème et délèguent la résolution à leurs collègues. » Mais souvent, ce sont les mauvais problèmes qui sont pointés. Il faut donc amener les directions à être plus avec leur équipe enseignante, les écouter.

Provoquer les élèves : les encourager à continuer à poser la question « Pourquoi? ». « Après l’âge de 7 ans, ils pensent que leur rôle est de chercher et trouver la réponse pour la donner à l’enseignant. Pourtant, le monde est fait de questions dont on n’a pas la réponse. »

Provoquer les enseignants : enseigner beaucoup de contenu aux élèves, par exemple au secondaire, est plus efficace lorsqu’on les dote de ressources et qu’on les laisse collaborer, plutôt que de leur transmettre les informations. « C’est plus facile à dire qu’à faire, mais il faut que les enseignants donnent plus de pouvoir aux élèves pour les amener à apprendre mieux. » Aussi, il estime que dans un monde idéal, il faudrait éviter de les noter!

Dans cet entretien, Ewan McIntosh parle aussi des résultats qu’il a observés dans les écoles qu’il a accompagnées avec ses collègues de NoTosh. Certaines de ces écoles étaient considérées par les meilleures au monde. Pourtant, « une bonne école (au niveau des notes) ne veut pas dire que les élèves y sont capables de penser par eux-mêmes et qu’ils sont très engagés ». D’autres encore étaient tellement « mauvaises » qu’elles étaient sur le point de fermer. Peu importe le contexte, il faut absolument transformer l’attitude des élèves pour éviter que leur vécu scolaire ne soit centré sur « qu’est-ce que je dois savoir pour l’examen? ».

Un échange passionnant, à écouter sans tarder!

 

ewan_400x400Pour en finir avec l’attitude « Qu’est-ce que je dois savoir pour l’examen? »
Marc-André Girard s’entretient avec Ewan McIntosh
Consultant chez NoTosh
Télécharger (format .mp3)

 

 

Psst!

La baladodiffusion peut être téléchargée comme on télécharge un morceau de musique, puis écoutée dans la voiture, par exemple, en se rendant au travail le matin ou au retour à la maison!

 


Entretien par Marc-André Girard, résumé par Audrey Miller