La violence verbale, principale forme d’intimidation

0
476

Montréal, le 28 septembre 2015 – Selon les données d’un récent sondage CROP (qui s’est déroulé en ligne du 12 au 17 août 2015) réalisé pour l’Institut Pacifique auprès d’adultes québécois, 1 enfant québécois sur 3 aurait déjà été victime d’intimidation. Chez la population adulte en général, l’intimidation touche un Québécois sur deux. Tant du côté des enfants que des adultes qui se disent victimes d’intimidation, près de 70 % d’entre eux ont vécu de la violence verbale, telle que des insultes et des menaces.

« Ces résultats rappellent l’importance de la lutte contre l’intimidation. L’intimidation se vit en milieu scolaire, mais aussi dans la société de façon plus large. Autant pour les jeunes que les adultes, la violence verbale cause du stress et des tensions. En enseignant aux enfants à reconnaître et à répondre adéquatement à l’intimidation, on favorise la création d’un climat positif et bienveillant », a fait valoir Mme Shirlane Day, directrice générale de l’Institut Pacifique.

 

Semaine contre l’intimidation et la violence à l’école

Le milieu de l’éducation se mobilise depuis plusieurs années dans la lutte contre l’intimidation. À l’occasion de la Semaine contre l’intimidation et la violence à l’école qui se tiendra du 28 septembre au 2 octobre, l’Institut Pacifique lancera, conjointement avec le ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, un guide de prévention de la violence verbale. Intitulé Mes paroles, j’y vois : pour une communication positive à l’école, ce guide propose des activités destinées aux élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire, ainsi qu’au personnel enseignant.

« Ce guide permet aux élèves et aux adultes qui les entourent de mieux comprendre ce qu’est la violence verbale et de prendre conscience des répercussions sur le climat dans la classe et à l’école. Il vise à les former et les à responsabiliser quant à l’utilisation de propos positifs, un apprentissage qui leur sera utile toute la vie », a ajouté le président de l’Institut Pacifique, M. François-Pierre Le Scouarnec, Ph. D.

Les activités proposées dans le guide comprennent, entre autres, des causeries et des ateliers de création d’affiches ou de bandes dessinées. Les productions des participants pourront ensuite être mises en valeur (diffusion, lecture publique, etc.) pour propager dans l’école un climat exempt de violence.

 

À propos de l’Institut Pacifique

L’Institut Pacifique est un organisme à but non lucratif qui développe, depuis 1976, des programmes et des services pour promouvoir des compétences en matière de résolution de conflits et de médiation auprès des jeunes du préscolaire, du primaire et du secondaire. Réputé pour la qualité et le sérieux de ses activités, il offre chaque année une formation sur la résolution pacifique des conflits à plus de 100 000 jeunes.

Les programmes en résolution de conflits de l’Institut Pacifique sont implantés annuellement dans près de 500 écoles, majoritairement au Québec, mais aussi ailleurs au Canada, ainsi qu’en Belgique, en Bolivie, en France, en Guadeloupe, au Liban et au Pérou. L’Institut Pacifique a obtenu de nombreuses distinctions, dont la Médaille de la paix décernée par les YMCA du Québec et le prix Agnes-C.-Higgins remis par Centraide du Grand Montréal pour l’innovation de ses programmes.

 

Source : Institut Pacifique