De la prématernelle jusqu’au secondaire : les 20 meilleurs principes de psychologie pour enseigner et apprendre

2
407

Si on avait à dresser une liste des principes les plus pertinents de la psychologie pour l’enseignement et l’apprentissage, que contiendrait-elle? L’exercice a été réalisé par un groupe de psychologues.

Dans le but d’aider les enseignants dans leur pratique professionnelle et pour bonifier l’apprentissage des élèves, l’American Psychological Association a voulu identifier, vulgariser et diffuser les meilleurs principes relatifs à la pédagogie et à l’éducation. Publié par sa division de la Coalition for Psychology in Schools and Education, le rapport, intitulé Les 20 meilleurs principes de psychologie pour enseigner et apprendre de la prématernelle au secondaire (Top 20 Principles from Psychology for PreK-12 Teaching and Learning), présente et explique une liste de concepts, de connaissances et d’approches psychologiques à privilégier pour le milieu de l’éducation.

Cinq questions fréquemment posées

Selon le communiqué diffusé par l’association, ce rapport vise à répondre à 5 questions fréquemment posées :

  • Comment les élèves apprennent-ils?
  • Qu’est-ce qui motive les élèves?
  • Comment l’environnement social, les relations interpersonnelles et le bien-être psychologique peuvent-ils avoir des impacts sur l’apprentissage?
  • Comment gérer la classe selon une approche psychologique?
  • Comment évaluer les apprentissages des élèves?

C’est pour répondre à ces 5 questions que les 20 principes identifiés ont aussi été regroupés en 5 principales catégories : la cognition, la motivation, le contexte social, le contexte des apprentissages et les évaluations.

Pour chacun des principes mentionnés, des brèves explications sur sa pertinence sont données ainsi que des conseils pour des utilisations optimales. Des références supplémentaires, qui prennent la forme d’une bibliographie, sont présentées pour tous les principes.

Exemples de principes incontournables

Par exemple, l’un des principes identifiés dans la catégorie de la motivation est la motivation intrinsèque. Ce type de motivation, qui peut être défini comme l’engagement dans une activité sur des bases d’intérêt, de plaisir et de satisfaction personnelle (par exemple, la passion ou la curiosité), a, selon ce rapport, des effets positifs supérieurs sur la motivation et la réussite générale des élèves. À cet effet, le rapport mentionne que le fait de donner au jeune l’opportunité de faire des choix (créativité, autonomie, alternatives, etc.) peut aider à développer sa motivation intrinsèque.

D’autres exemples :

  • La perception qu’a l’élève de son intelligence et de ses capacités affecte son fonctionnement cognitif;
  • Le développement cognitif et l’apprentissage des jeunes ne sont pas limités par des stades de développement généraux;
  • Établir des objectifs à court terme qui sont spécifiques et modérément difficiles motive plus les jeunes que des objectifs à long terme qui sont généraux et trop difficiles;
  • L’évaluation formative et sommative sont toutes deux importantes, mais elles requièrent une approche et une interprétation différente.

Pour Joan Lucariello, de la Coalition for Psychology in Schools and Education, la psychologie peut contribuer énormément à améliorer l’enseignement et à l’apprentissage. Cette action de vulgarisation et de diffusion de l’American Psychological Association en est un exemple.

2 COMMENTAIRES

Comments are closed.