Pourquoi faut-il se préoccuper de son identité numérique?

0
520

@alduc a dit sur Twitter : L’anonymat sur Internet est souvent une illusion. Il est très facile de retrouver l’auteur d’un commentaire désobligeant! L’identité numérique est devenue une partie importante de la relation de quelqu’un avec la société.

Il est important de comprendre que l’identité numérique a plusieurs facettes :

 

1. Celle qu’on crée soi-même

C’est la plus facile à modeler. Un truc : se demander si on serait confortable à voir diffuser une publication au téléjournal! Si la réponse est oui, alors il est probable que cette trace soit positive ou n’ait aucun effet sur sa réputation numérique. Si la réponse est non, il faut alors entendre le signal d’alarme et tourner son clavier 7 fois avant d’appuyer sur « Envoyer »!

 

2. Celle que les autres créent pour nous

@alduc a dit sur Twitter : Il faut apprendre pas seulement à gérer son identité numérique, mais aussi à faire attention à celle des autres!

Qu’on le veuille ou non, dans la vraie vie comme dans le numérique, l’opinion qu’ont les gens de nous peut jouer en notre faveur comme en notre défaveur. Imaginez les commérages autour d’une table, puis imaginez-les diffusés publiquement sur Internet. La portée n’est pas du tout la même. Cela vaut heureusement aussi pour les bons mots.

 

3. Celle dont le temps change la nature

Un élève est la « star » de sa classe car il a réalisé un exploit d’un goût douteux au dernier party. Bien entendu, le tout est documenté sur une page Facebook, photos à l’appui. Imaginons cette même « star » dans 5 ans, en entrevue pour l’emploi de ses rêves.

 

De plus en plus d’employeurs font une petite recherche sur de futurs candidats à un poste avant de faire leur choix. Il est donc important de faire en sorte que les résultats de cette recherche leur plairont! Si le recruteur tombait sur cette partie de l’histoire de cet élève, il n’est pas impossible que son choix se porte sur cet autre candidat qui semble plus rangé… C’est un exemple caricatural, mais qui peut devenir réel.

Ou encore, imaginez que vous vous présentiez comme candidat pour un parti à des élections et qu’on trouve dans vos publications passées des opinions diamétralement opposées à vos « nouvelles » convictions. Il sera alors beaucoup plus difficile pour vous de convaincre les gens de votre bonne foi.

La première étape pour préserver ou améliorer son identité numérique est certainement la prise de conscience de ce qu’implique le concept. Cependant, il faut garder en tête qu’il est presque impossible d’en contrôler parfaitement toutes les facettes.

Souvent, lorsqu’on parle d’identité numérique, c’est de son côté sombre. En effet, il est relativement facile, par méchanceté ou par désir de vengeance, de détruire la réputation de quelqu’un grâce à Internet. Si vous voulez en savoir plus sur cet aspect, lisez l’article « Le côté sombre de l’e-réputation ». On y trouve plusieurs exemples de petits gestes aux conséquences fâcheuses.

On dit que les paroles s’envolent, mais que les écrits restent… Avec le numérique, non seulement ils restent, mais ils sont parfois accessibles facilement au monde entier et archivés dans de complexes systèmes informatiques, irrécupérables. Vaut donc mieux assumer pleinement tout ce qui nous concerne!

 

Une mise en scène de soi

Ceci dit, l’identité numérique a aussi un côté très intéressant qu’il vaut la peine de développer, notamment via le porfolio numérique. Comme le montre l’article Exploiter son portfolio numérique : construire son identité professionnelle numérique pour valoriser ses compétences, le portfolio numérique peut éventuellement devenir un facteur d’employabilité important. À cet effet, la conclusion suggère de travailler au développement de trois compétences chez les étudiants :
– la capacité de faire un retour sur ses expériences, son parcours et capacité de leur donner un sens;
– l’auto reconnaissance, la démonstration de ses compétences, et la synthèse de sa « carte de compétences »;
– l’auto-socialisation professionnelle, ou développement par soi-même des liens socioprofessionnels durables malgré les changements professionnels.

Le rapport dégage aussi trois caractéristiques du portfolio numérique professionnel, qui se traduisent facilement dans l’univers personnel :
– l’ubiquité, ou la possibilité d’être présent à tout point du globe en même temps et au même moment;
– l’extimité, ou l’extériorisation d’une partie de ses caractéristiques (par exemple, ses intérêts, ses compétences particulières, son champ d’expertise, etc.) au service des autres;
– l’identité, à la fois lieu et produit de la reconnaissance par soi et par les autres du la personne que l’on a été, que l’on est et que l’on devient.

L’auteur envisage, à la lumière de ses recherches, « la publication d’un portfolio numérique comme une mise en scène de soi ». N’est-ce pas là une belle analogie avec l’identité numérique personnelle?

Où et comment publier son portfolio personnel? Plusieurs supports sont disponibles selon la façon dont on l’envisage. Un blogue personnel, où l’on recense ses bons coups, ses réflexions et ses publications, est un bon portfolio s’il est alimenté régulièrement. Au niveau strictement professionnel, un site comme LinkedIn permet de créer et tenir à jour son CV en ligne, en plus de publier des nouvelles. Dès ses premières expériences d’emploi, un jeune pourrait se créer un profil.

Table des matières du dossier :
– Intro : Identité numérique : Qui êtes-vous sur le Web?
Qu’est-ce que l’identité numérique?
– Pourquoi faut-il se préoccuper de son identité numérique?
Comment aborder la notion d’identité numérique avec les élèves?
Quelles sont les ressources pour parler d’identité numérique avec les élèves?