Les temps changent… et le matériel aussi

0
33

(section précédente)

Les enseignants ont leurs repères. Plusieurs ont utilisé, au fil des ans, diverses méthodes d’enseignement proposées par les maisons d’édition. Se sentent-ils encore plus confiants avec un manuel imprimé, son corrigé et ses fiches reproductibles? Pourtant, en cette année scolaire 2011-2012, les maisons d’édition offrent bien davantage.

« Le premier réflexe des enseignants va à l’imprimé, explique Caroline Viel, éditrice chez Modulo. Mais tant mieux s’il y a un accès web et une version numérique! Avec l’avènement des TBI, les enseignants ont besoin de contenus numériques. Maintenant, c’est presque la norme : la plupart de nos nouveaux projets ont une version papier et une version numérique. »

Même son de cloche chez ERPI. « Lorsqu’on conçoit une collection, on intègre tout de suite le volet numérique, confirme Vivianne Chénier, directrice de la recherche et du développement On prévoit les deux volets en même temps, tant au niveau de la conception que du budget ».

Du côté de Grand Duc, le matériel numérique a d’abord été conçu en appui d’une collection imprimée déjà approuvée par le bureau d’approbation du matériel didactique (BAMD), au MELS. « Ce que nous développons était en lien direct avec ces collections. Nous développons maintenant du matériel numérique pour toutes nos nouvelles publications », mentionne Virginie Chatard, la directrice des éditions.

Les éditeurs de manuels scolaires ont donc multiplié leurs approches depuis les dernières années. Certains offrent des clés USB, des espaces Web ou même des plateformes autonomes comme compléments au matériel imprimé. Toutes ces options ont leurs avantages et leurs inconvénients et demeurent au choix des enseignants.

Si la clé USB avait la cote dernièrement, il semble que ce n’était qu’un premier pas vers le numérique pour les maisons d’édition. Certes, la clé ne nécessitait pas de réabonnement annuel et pouvait être trimballée partout. Par contre, son contenu demeurait exclusivement entre les mains de l’enseignant et pouvait difficilement être accessible aux élèves ou mis à jour. Les trois éditeurs consultés par Infobourg semblent la délaisser pour de nouveaux produits.

Aux Éditions Grand Duc, on offre des outils numériques autonomes à télécharger. « Cela permet à l’enseignant de travailler hors ligne, où il veut, sans craindre un problème de connexion Internet à l’école ou à la maison. Il n’a plus à se préoccuper d’avoir sur lui sa clé USB ».

Chez Modulo, on a privilégié un accès Web. « Le complément web devient intéressant pour un sujet qui bouge comme l’actualité. Les mises à jour de cartes et de données sont facilitées. Toutefois, c’est tout un changement de philosophie que de concevoir des produits qui doivent évoluer constamment avec le temps. »

Chez ERPI, on accède aux contenus numériques en ligne. Cela permet de consulter le manuel à partir de n’importe quel ordinateur relié à Internet, sans téléchargement. Les élèves voient ainsi leur sac à dos allégé, car ils ont tous leurs outils en main pour faire leurs devoirs à la maison.

Pour lire la suite