Les tablettes numériques en vogue au primaire

2
136

Les enfants sont technos de plus en plus jeunes et plusieurs écoles ont décidé d’entrer dans la danse en offrant des iPad aux petits dès la maternelle.

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique a décidé d’acquérir une centaine de tablettes numériques pour ses élèves de la maternelle à la quatrième année, un investissement d’environ 100 000 $. L’année dernière, dans le cadre d’un projet-pilote, une trentaine de tablettes numériques avaient été achetées pour les enfants. Cette année, l’expérience est élargie avec l’achat d’environ 75 tablettes supplémentaires. Ainsi, plus de 350 élèves de 15 écoles primaires auront accès aux appareils qui seront en rotation entre les différentes écoles.

« Le déploiement se poursuivra de manière prudente au cours des prochaines années », mentionne Pierre Claveau, directeur du service des relations publiques.

Les tablettes sont utilisées à raison de deux périodes de 30 minutes par jour. « Nous avons découvert que les appareils surstimulent les enfants. Lorsqu’ils les lâchent, ils ont beaucoup d’énergie à sortir. Nous avons trouvé que ce n’était pas une bonne idée de leur laisser tout le temps », note M. Claveau.

Les petits disposaient déjà de quelques ordinateurs en classe, mais les tablettes sont jugées plus conviviales et plus ludiques. « Elles sont plus robustes que les ordinateurs portables grâce à une enveloppe de caoutchouc qui amortit les chocs. De plus, les enfants peuvent toucher directement à l’écran. Elles coûtent aussi moins cher », fait valoir M. Claveau.

Un portable par élève

Il y a quelques années, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique avait déjà mis en place un programme visant à fournir un ordinateur portable à chaque enfant de la 4e à la 12e année. « À partir de cette année, ils pourront l’amener à la maison », précise M. Claveau, même si le processus est actuellement ralenti par une grève du zèle de la part des enseignants qui sont en négociations. Le coût des appareils, s’élevant à un millier de dollars chacun, est entièrement payé par le conseil.

L’objectif, à plus long terme, est d’avoir des classes sans papier. C’est toutefois impossible pour l’instant, car certains manuels ne sont pas disponibles en version numérique ou sont trop coûteux.

Ce projet s’est grandement inspiré de celui mené par la Commission scolaire Eastern Township, au Québec.

Des iPad dans les maternelles américaines

Ces jeunes élèves de la Colombie-Britannique ne sont pas les seuls à avoir craqué pour les iPad. Dans le Maine, l’école primaire d’Auburn a fourni la fameuse tablette numérique à ses 300 élèves de maternelle cet automne, selon le Huffington Post. Une dépense d’environ 200 000 $ qui n’a pas fait l’unanimité. L’article rapporte également que des élèves de 5 ans auraient reçu des tablettes numériques dans une douzaine de districts scolaires à travers le pays.

À lire aussi :

Des iPad pour motiver les élèves

Une autre iCl@sse à l’école Wilfrid-Bastien

Le Collège St-Jean-Vianney succombe aux iPad

2 COMMENTAIRES

  1. […] avons trouvé que ce n’était pas une bonne idée de leur laisser tout le temps», explique ici le directeur des relations publiques de la Commission scolaire) et seront aussi partagées entre 350 élèves de 15 écoles […]

Comments are closed.